Ti an Holl.jpg

Ti an Holl.jpg

PreviousNext

Hall - 4ème trimestre 2021

Dec 9, 2020

Eugène Deude : c’était qui?




Catégorie : General
Posté par : mairie

Au tour des plus jeunes de sécher sur cette question. En effet, si bon nombre d’entre eux connaissent le nom du terrain, peu, et c’est normal, ont connu l’homme et, pour cause, cela fait près de 70 ans qu’il était directeur de l’école publique de la commune et cadre sportif- secrétaire de Pouldergat Sports.

 

Eugène, né à Ploaré (et, non, Douarnenez, comme il aimait le rappeler) le 14/05/1918, était l’oncle de Michel MAZEAS, maire fort connu de Douarnenez. Très vite, Eugène se dirigea vers l’enseignement et réalisa sa formation d’instituteur à l’Ecole Normale Supérieure d’Angers puis une année de formateur sportif à Bourges où il rencontra sa future femme, Marie Louise MALLET, gymnaste accomplie, originaire de Picardie mais concarnoise dès son plus jeune âge. En effet, malheureusement, Marie Louise perdit ses parents, jeune, et fût élevée par sa tante dans la ville close. Du fait, de leur engagement familial:ils se marièrent le 5/08/1944 et eurent 4 garçons. Tant et si bien qu’ils suivirent un parcours professionnel commun dans les différentes écoles publiques du secteur (Kerlaz, Guiler, Plogoff…) et Pouldergat de 1950 à 1962. Eugène avait en charge la direction de l’école et l’enseignement en CM2 et Marie Louise au CP. Comme il était souvent d’usage à l’époque pour les instituteurs, Eugène s’engagea dans des responsabilités au sein de la commune et ce fût au sein de Pouldergat Sports. Ce choix n’était pas anodin car Eugène était passionné du ballon rond et fût un ailier gauche incisif au sein de l’équipe phare de la cité «Penn Sardin» à l’époque à savoir l’USDP (Union Sportive Douarneniste Ploariste) Déjà touché par ses soucis de santé, il arrêta de jouer, trop tôt, et s’orienta vers le rôle de dirigeant. Ainsi, au sein du club, il prît en charge le secrétariat et l’encadrement des équipes. C’est à ce moment-là qu’il marqua les esprits de ses élèves qui gardent en mémoire, encore aujourd’hui, certains faits inimaginables de nos jours tels

 
CLASSE DE 1957

- Les convocations aux réunions du club. En ces temps-là, il n’y avait pas encore de «stensil» et, encore moins, de photocopieuse. Pour contourner ces manques, Eugène utilisait la leçon intitulée «COPIE» et utilisait le tableau et la craie blanche (qui tâchait sa blouse grise) pour rédiger les invitations aux diverses réunions du club. Les élèves devaient recopier pendant que l’instituteur leur donnait des apports en orthographe et grammaire. Tout le monde s’y retrouvait et Eugène avait toutes les convocations écrites pour distribuer aux autres dirigeants.

 

- L’arbitrage des matchs dans la cour: chaque récréation était consacrée au football. Les platanes nous servaient de but et, du haut de la fenêtre de son appartement, (les instituteurs habitaient sur place), Eugène suivait, assidûment, le match apportant conseils, commentaires et arbitrages quand cela s’avérait nécessaire. En fait, mine de rien, il nous apportait solidarité et intégrité sans que nous nous en rendions compte pour nos futurs matchs, plus tard…en seniors.



CLASSE DE 1961

D’autres actions nous inculquaient ces valeurs là comme l’ébousage du terrain le dimanche matin d’avant match. En effet, point de terrain de football attitré à l’époque. C’est Lom BARIOU de Kermorvan, au bourg, qui mettait à disposition du club sa pâture située entre l’école et le lotissement Tulasne, aujourd’hui. C’est pourquoi, le dimanche matin, Eugène faisait appel aux joueurs disponibles et volontaires pour boucher les trous, enlever les bouses, tracer le terrain et installer la buvette. Bref, des vertus solidaires et bénévoles

 

Une autre fois, Lom proposa un nouveau terrain pour des raisons de commodité. Ce dernier, située rue de Douarnenez (derrière chez Jacques HELIAS), était alors en chaume. Point de problème pour Eugène, que des solutions car la main d’œuvre de ses élèves était «bon marché». Ainsi, il mit tous les enfants de l’école à un déchaumage manuel. Ensuite, notre classe devint le vestiaire du club et la pompe à eau, en bas de la cour, notre douche. Un joueur pompait, les autres se lavaient…à l’eau froide, bien entendu



 Equipe A - Saison 1955/1956 - Match à Audierne

Néanmoins, Eugène trouvait ce mode de fonctionnement fatigant et la municipalité peu collaborative. Aussi, un jour, il réunit tous les joueurs dans le «vestiaire» et eût le discours suivant: «Dans vos têtes, faîtes moi le tour des champs à proximité du bourg et choisissez le terrain qui vous plaît le mieux. Ensuite, nous contacterons son propriétaire pour un éventuel achat ou location par la commune. Aussitôt dit, aussitôt fait et, unanimement, le groupe opta pour le terrain actuel qui appartenait à la famille QUIDEAU de Boacroaguez. Mais les démarches administratives s’annonçaient délicates. C’est pourquoi, il fût conseillé à Eugène de rencontrer Corentin ANSQUER, notre transporteur et, plus proche voisin du terrain actuel donc, aussi, des QUIDEAU, pour entamer les pourparlers en présence de Eugène. La famille QUIDEAU accepta le principe de la vente de leur terrain si un accord financier était obtenu avec la mairie. Eugène prît contact avec Jean LE GUELLEC, maire de l’époque, qui en accepta le principe et le proposa en conseil qui entérina la décision finale à un prix qui convenait à tous. Eugène quitta la commune en 1962 et ne pût voir l’aboutissement de son investissement. Le terrain fût achevé en juillet 1963 et Pouldergat Sports y fit ses premiers pas le 6 janvier 1964 contre l’US Bigoudenne (victoire 2 à 1). En 1998, le 2 novembre, précisément, le nom, Eugène DEUDE, y fût apposé: juste récompense de son implication dans le club local (même, si pour de tels choix, tout est discutable) comme nous vous l’avons fait partager.



 Equipe A - Saison 1959 / 1960

Eugène acheta sa maison à Pouldergat au quartier de Méné Kergesten où réside, encore, de ce jour, l’un de ses 4 fils, Michel. Eugène est décédé le 29/02/1976

 

P-S : son père, Michel, était né à Guerveur en Pouldergat en 1872…Comme le destin d’Eugène était déjà lié à notre commune

 

Merci à Gérard, Robert LE COZ et consorts pour leurs souvenirs et leurs récits.

 

Dernier point: Eugène fût à la création du club de football de Guiler sur Goyen et de sa cantine scolaire entre 1946 et 50