Ti an Holl.jpg

Ti an Holl.jpg

PreviousNext

Hall - 3ème trimestre 2021

Apr 16, 2021

POULDERGAT SPORTS


 
Catégorie : General
Posté par : mairie
De Lanig à Luc : des similitudes étonnantes….

En 1950, Lanig, de son vrai nom : Alain Le Gall, avait 20 ans et jouait en équipe première de Pouldergat-Sports au poste de milieu offensif gauche appelé à cette époque inter-gauche. Lanig partageait 2 passions chaque dimanche (à l’image d’autres joueurs ensuite : Erwan FLOCH’LAY, Yves LE BARS, André BARIOU,…°) : la chasse et le football. Ainsi, après avoir parcouru la campagne pouldergatoise durant toute la matinée pour traquer le gibier, il abandonnait les bottes et sa gibecière pour les chaussures de foot et le maillot de Pouldergat-Sports afin de fouler le carré vert des différents terrains qu’il a connus (Pont Toull, chez Lom BARIOU,…) le dimanche après-midi. Lanig avait une musculature à faire pâlir toute la gente féminine d’où son surnom de Tarzan. Ce physique lui offrait une frappe d’une force et d’une précision étonnante, crainte par tous les gardiens adverses. Jos SAVINA confirme ce fait par deux anecdotes : « D’abord, lors de ma première saison en équipe première en 1953, Pouldergat Sports jouait contre le CA Penhars et Lanig allait inscrire ’un but d’anthologie. Son frère, Roger, notre gardien, dégagea très haut et très loin comme il en avait l’habitude. A la réception de ce dégagement situé aux environs des 30 ou 40 m du but adverse, et avant que le ballon ne touche terre, Lanig effectua une reprise de volée d’un tir tendu dont il avait le secret. Le ballon vint se loger dans l’angle de but de FACHUS, le gardien adverse, médusé et tétanisé. Attention, FACHUS était pourtant un gardien de grand talent qui avait gardé les buts du stade Quimpérois. Ensuite, Lanig tirait également tous les coups de pieds arrêtés à proximité du but adverse et évidemment tous les pénaltys. (De mémoire, Il n’en n’’avait jamais raté un seul, je crois). Un jour, par forfanterie il nous proposa de mettre, dans les « cages » un gardien, certes pas très lourd, au fond des filets. Sitôt dit, sitôt fait. Un joueur se dévoua et fit face à Lanig qui tira en plein milieu du but et, en plein dans le malheureux volontaire qui se fit soulever… et propulser au fond des filets…..avec malheureusement un doigt cassé. Lanig ! en fût très confus » !



Aujourd’hui, à 90 ans, Lanig est toujours présent au stade Eugène DEUDE, là-haut sur la plus haute marche des tribunes. S’il est le plus vieux supporter de Pouldergat-Sports, il n’en est pas le moins fervent ni observateur. C’est de cet observatoire qu’il s’est cru, à tort ou à raison le droit de se reconnaître en la personne de Luc Gibbins. Lannig nous raconte : « C’était le match de la montée éventuelle contre Plonéour C. 2 2 à 10 minutes de la fin. Nous, (Pouldergat Sports), devions gagner pour remonter de D4 en D3. Coup franc à 35 m des buts bigoudens Je vois Luc qui prend le ballon et ajuste un missile comme je n’en n’ai rarement vu sauf moi bien évidemment à la belle époque. BUT puis montée en D3. Chapeau au joueur ». Soulignons que Luc a d’étonnantes ressemblances morphologiques et qualitatives avec son illustre prédécesseur : même poste, même coup de rein dévastateur et une puissance de tir hors du commun. Cette analogie est d’autant plus marquante que Luc réside au lotissement Tulasne, ancien théâtre des exploits de Lanig. Malgré son jeune âge et son investissement au club, Luc a déjà de bons souvenirs à nous raconter : « Oui, à mes débuts à Pouldergat Sports, nous jouions contre le FC Douarnenez, mon club formateur. Du milieu de terrain, je vois leur gardien avancer et j’ajuste un lob à la David BECKHAM, mon joueur fétiche de mon club préféré : Manchester United. Je remercie Lanig qui était venu me saluer pour ce joli but qui contribuait à une belle victoire sur les douarnenistes 3 à 0 ». En outre, Luc s’est impliqué à fond dans le renouveau de Pouldergat-Sports comme tous ses coéquipiers. En attendant de se retrouver tous au terrain Eugène DEUDE, souhaitons à Lanig ( et son air malicieux) et à Luc ( et ses airs de Ryan GIGGS) de boire un verre en commun, à la buvette du stade Eugène Deudé à la fin du match afin de lancer un tost à Pouldergat Sports.




P-S : le club a connu d’autres buteurs patentés à la carrière plus ou moins longue au sein du club : Gérard LE COZ, Eric CELTON, Didier CABILLIC, Bastien TRIVIDIC, Michel MOALLIC, Kiki FLOCH’LAY, HELIAS brother’s (Raymond et Jean-Noël), Visent AR GOIL, Ronan LE CORRE, Joël PERON….et tant d’autres.